LE TRAITEMENT RADICULAIRE

Quand la carie est trop profonde (stades III et IV) et que votre dentiste ne peut plus sans risques la garder en l’état soit parce que la pulpe (nerf) est atteinte soit parce qu’elle risque de l’être avec pour conséquence l’apparition de douleurs et, à terme la formation d’un abcès, le traitement nécessaire est la dévitalisation de la dent plutôt que son extraction comme on l’a trop vu par le passé .Toute dent infectée qu’on ne traite pas est sur le long terme une source d’infection potentielle avec des risques d’atteinte d’organes essentiels comme le cœur ou les reins.

Dans quel but est réalisé un traitement radiculaire ?

L’objectif du traitement radiculaire est de tenter de conserver une dent sur l’arcade dentaire afin de pérenniser le potentiel masticatoire du patient. Les différentes étapes :

La pulpe est atteinte par la progression de la carie. Il y a donc un risque non négligeable de voir apparaître un foyer infectieux au bout de la racine.

  1. Le chirurgien-dentiste va donc procéder à la dévitalisation de la dent ; en clair il va extirper de la partie centrale de la dent avec les instruments adéquats, soit manuellement soit mécaniquement, la pulpe dentaire constituée de filets nerveux et de très fins vaisseaux sanguins. Cette étape permet d’enlever la totalité des tissus nécrosés ou infectés et de procéder à un nettoyage soigneux anti bactérien.
  2. Il doit ensuite mettre en forme le canal afin de pouvoir réaliser l’obturation canalaire, le plus souvent à l’aide de gutta-percha chauffée ou froide permettant d’obtenir une étanchéité de bonne qualité afin de prévenir toute ré-infiltration par des bactéries et d’assurer sur le long terme la conservation d’une dent assainie. S’il y avait une lésion infectieuse au bout de la dent, celle-ci guérira, si elle n’est pas déjà trop avancée.

Une fois la dent traitée il peut arriver que, dans les jours suivants, persiste une certaine sensibilité surtout lors de la mastication : cette gêne sera temporaire.

Attention : si la dent est privée de sa sensibilité, elle reste toujours fragile et peut à nouveau se carier. En revanche elle garde ses capacités de sensibilité à la pression grâce au ligament alvéolo dentaire.

La Sécurité sociale rembourse l’ensemble des coûts de ce traitement selon les modalités habituelles soit 70% du tarif de convention.

Dentiste Paris